Montréal, mon amour, mon histoire

Pour choisir un autre film, cliquez sur le menu

Le fleuve et son île

SYNOPSIS

Jean Belisle: «Il n'y avait pas de route quand mes ancêtres sont arrivés ici, la seule route qu'il y avait c'était le Fleuve» 3e volet de la série fraîchement accouché : Le Fleuve et son île. Narré par Marie Tifo, intensément soutenu par la musique de Daniel Scott, le film raconte l’histoire de Montréal par le biais de sa mère nourricière : le Fleuve Saint-Laurent. Condensé en une heure, le film nous fait presque voir la ville émerger des eaux. C’est par le Saint-Laurent qu’arrivent Jeanne Mance et Maisonneuve, c’est à quelques pas du fleuve que ceux-ci construisent le Fort Ville Marie. Puis, c’est par le Saint-Laurent que des milliers de futurs Montréalais arrivent d’Europe. Le marchand de bière et entrepreneur John Molson, finance et collabore activement au développement d’une technologie révolutionnaire : le bateau à vapeur. Son histoire nous est racontée par Gilles Laporte (Molson et le Québec, 2009) ainsi que par l’expert en archéologie naval, Jean Bélisle. Tous deux ils nous amènent découvrir une des épaves de Molson, le Lady Sherbrooke. « Dû à Molson, en quelques heures on pouvait faire Montréal-Québec. Le marché des ports s'est développé, le tourisme, les restaurants, les hôtels, les théâtres, le commerce!» confirme Belisle. Le Fleuve et son île raconte aussi l’histoire du plus grand photographe canadien du 19ème siècle, celle de l’immigrant écossais William Notman. Celui-ci capte à l’aide de sa technique au collodion humide, les moments de la construction du pont Victoria. Ce dernier est à l’époque le premier à enjamber le fleuve Saint-Laurent. Nous mettons en scène l’acte même de la photographie à l’époque de William Notman : Glenn Bydwell, Montréalais, applique aujourd’hui encore la technique photographique d’il y a 150 ans. La richesse de Montréal était autrefois basée sur ses liens privilégiés avec l’Angleterre. Quand ce pays s’unit, en 1973, au marché commun européen, Montréal doit se réinventer. Est-elle destinée à devenir un centre régional? Peut-elle enrayer le déclin?

Le fleuve et son île

Le soleil se lève à l’Est

Autour de la montagne

La Main... et les autres

Centre-ville :

l'âge des lumières